Bientôt votre nouvelle boutique ici, n'hésitez pas à venir nous rendre visite. Show Coiffure le 24 Novembre 2024 à la Salle des Fêtes de Thiviers avec défilés et divers stands, toute l'équipe de FIM vous attend pour cet évènement.

Bannière de titre

Les IV Baronnies du Périgord

BEYNAC, BIRON, BOURDEILLES ET MAREUIL

Au sommet du régime féodal de l’ancien Périgord, il y a les comtes du même nom, et en dessous d’eux, quatre puissants barons égaux en orgueil : Ceux de Beynac, Mareuil, Biron et Bourdeilles.

Pourquoi 4 ? Parce qu’il faut être quatre pour porter le trône d’un évêque, et que nos quatre barons ont vu consacrer leur nombre par ce vieil usage : quand un nouvel évêque faisait son entrée à Périgueux, les premiers barons du Périgord étaient tenus de porter le trône épiscopal sur leurs épaules.

Ce cérémonial plusieurs fois renouvelé au cours des siècles donnait lieu presque toujours à de terribles luttes d’étiquette : les 4 barons se battant pour à qui seigneurs le chapitre des préséances qu’aux grandes assemblées, aucun ne veut se signer le dernier !

Aussi imagine-t-on un étrange système en les faisant signer en rond autour d’un cercle tracé sur le papier…
Ainsi le 1er janvier 1532, alors que le nouvel évêque de Périgueux s’apprêtait à entrer en sa bonne ville, arrivèrent les plus enragés : les sieurs de Bourdeilles et Biron escortés chacun de quelques trois ou quatre mille hommes armés jusqu’aux dents…

Et malgré une proclamation afin d’éviter au malheureux évêque de périr étouffé au sein d’une échauffourée provoquée par les partisans des deux turbulents seigneurs.

Avertis qu’à l’entrée du révérend père en dieu, maître Foucauld De Bonneval, les barons du périgord font grosse assemblée de gens d’armes, mêmement messieurs de Bourdeilles et de Biron qui veulent aller devant à ladite entrée du dit évêque, et que l’un contre l’autre, font grosse assemblée de gens…

Afin qu’il n’y ait scandale et que le droit de justice soit gardé, on fait défense auxdits barons de ne faire aucun port d’armes sous peine de hart.
Mais les fougueux barons se soucient peu de cette défense. Aussi pour assurer la sécurité de l’évêque, les consuls mettent-ils ce jour là tout le monde d’accord en portant eux-mêmes sur les épaules le trône épiscopal.

En effet, jusqu’au XIIe siècles, le périgord ne cessa d’être un champ de bataille : guerre de cent ans, guerres de religions, révolte des croquants, la fronde, sans compter de nombreuses luttes féodales.

Auteur : Mr Claude Pasteur – Extrait du livre aux Editions du 15 Novembre 1975 imprimé par Pierre Fanlac Imprimeur / Editeur

error: Contenu protégé